Eastap

Eastap

European Association for the study of theatre and performance

Month: July 2020

Christian Biet

Dear colleagues and friends, It is with immense sadness that we announce the death of our colleague and friend Christian Biet, who passed away on 13 July 2020. An eminent…

Dear colleagues and friends,

It is with immense sadness that we announce the death of our colleague and friend Christian Biet, who passed away on 13 July 2020. An eminent researcher, his publications and his teaching never ceased to nourish the world of theatre. Christian Biet was loved. He was a generous and militant colleague who fought against all forms of discrimination and pettiness, and who was passionately invested in everything he undertook: conferences, journals, books and articles. He leaves us mourning, and orphaned. His intellectual breadth spanned from the seventeenth century to today, bringing texts into dialogue with each other, unearthing archives, opening new pathways. Today, the French theatre world is in mourning. It has lost a great man. Below, you will find the message written by his friends and colleagues at the Université de Paris Ouest.

With my best wishes,

Josette Féral,
EASTAP President.

See the portrait of Christian Biet in Le Monde

Dear Colleagues, Dear Friends,

Some words fly away as we try to set them down. Language resists the attempt to say something that our understanding refuses to accept.

Late on Friday afternoon Christian Biet was riding his bike down a country lane, no helmet, no ID, and no care in the world, at ease in the landscape he’d known since childhood. A passing motorist describes him as wobbling unsteadily, perhaps as the result of a medical problem, perhaps not. We don’t know. An enquiry is underway. As he fell, the back of his head forcibly struck the ground: loss of consciousness, cranial fracture. An ambulance rushed him to hospital where he was placed in resuscitation and an artificially induced coma, still, at this point, unidentified. His partner, Sophie Houdard, had been looking everywhere for him before finally arriving at his side. Following his full recovery from a heart attack some years ago, Christian was taking anticoagulant medication. Doctors had to wait until the effects of this medication diminished before they could attempt an operation to contain and repair the cerebral haemorrhage. On Sunday, a scan revealed that the haematoma had already caused serious and irreparable damage. The outcome was no longer in doubt. Sophie was at his bedside and Christian’s children, David and Flore, joined her there.

We are devastated and struggling to believe this news. The more so since Christian both embodied such force of life and thought and shared them so generously. He was preparing to take his official retirement in just a few days, after having given so much to the Paris Ouest University and achieving so much in the field of theatre studies. Forever in the heat of the action, he was teeming with plans for holidays and for work, hiking and travel, books and articles, meetings and new discoveries. The tireless spirit of enquiry that led him, in spite of his specialism in the seventeenth century and in particular Corneille (Moi, Pierre Corneille, Gallimard, 2005), to interview the choreographer Bintou Dembélé about her hip-hop production of Rameau’s Les Indes Galantes at the Paris Opéra for the lead article in this month’s Théâtre/Public, that same spirit drove him on to countless collaborative projects, such as the international resource, the Complete Comédie-Française Register, which would never have seen the light of day without his inexhaustible energy.

For the Department of Theatre Studies (which he often led), for the History of Arts and Performance research unit (which he co-directed with Ségolène Le Men and where he ran the theatre team until last month), for the consultative disciplinary committee of section 18 of the CNU of which he was long-serving president, for the Doctoral School of Letters, Language and Theatre (whose board he frequently served on), and for Paris Ouest University as a whole (where his contributions to the advisory board never went unremarked), this is neither the time nor the place for any of us to attempt to sum up the scale of his contributions.

It’s far too soon, as well, to attempt any kind of exhaustive list of his works: no fewer than 125 entries on the database of the Bibliothèque Nationale (data.bnf.fr). From the works published under his name, those he edited or co-edited, periodicals he curated, the lectures and classes abroad (for many years he has begun each autumn with a visiting professorship at NYU), the collections of texts with notes, the endless scroll of articles, the collection he edited for Garnier Classics; from all of this, let us linger for a moment over just one title. To the deceptively simple question, Qu’est-ce que le théâtre ? Christian Biet, together with our colleague Christophe Triau, gave his answer in a book of over a thousand pages (Folio Essais, 2006, translated into Japanese and English, currently being translated into Brazilian Portuguese) as profound in its learning and as sparkling in its wit as it is accessible, both in style and in price, so much so that both students and theatre-lovers consult it like Holy Writ.

The thread that runs through this opus, as indeed it through the entirety of his work –  whether it be the study of the relationship between seventeenth-century theatre and theatre of all subsequent epochs, to the law, the justice system, money or war; whether it be a work such as Tragédies et récits de martyre (Classiques Garnier, 2009), or whether it be organising the collection, translation and publication of the writings of Richard Schechner, a theorist and practitioner of performance studies (Performance, Expérimentation et théorie du théâtre aux USA, Théâtrales, 2008) – is the conviction, born of experience and confirmed by archival research, that theatre cannot be reduced to a text or even to the features of a particular mise-en-scène, but consists, in fact, of the entire performative event, linking and binding together both performers and the audience in the theatre (or at the fairground).

This year, Covid-19, which he contracted early on in an atypical but not asymptomatic form, tripped him up and slowed him down a little but could not stop him. His experimental seminar on the digital humanities for the Masters degree at EUR ArTec, thrilled the students, gripped by the ease with he which he moved between the past and the present. On the evening of 4 July, his former doctoral students (around fifty of them, many already with outstanding careers and some still involved in research) held a party to celebrate their supervisor, from whom they had received as much rigour as they had freedom and who had ceaselessly offered them his advice and supported them in their work, sometimes for many years after their formal relationship had ended. As recently as 8f July he sat (albeit remotely) on the examining board for one of them.

None of this goes to restore to us the charm of our friend and comrade, his warmth and loquacity. The list of his qualities is long: wholly rounded character, tenacious willpower, fighting spirit, devastating wit. Some may whisper that he could be a little harsh in defending a cause in which he believed, and a university he loved – that is Sophie’s word, and it’s surely not too strong – in spite of its flaws. This is why he was so energetically involved in resistance to certain recent proposed educational reforms, considering that they sought to reduce the freedom of these places of knowledge and freedom of thought to which he was so devoted.

A mandarin? Perhaps, but a miraculous mandarin. And the emotion that we feel deserves a Béla Bartók to express it.

A ceremony will take place in Paris once the formalities are concluded. Details will follow.

Our thoughts go out to his partner Sophie, to his daughter Flore, and to his son David, as well as to their mother at this awful time.

Affection and solidarity to his friends everywhere, to his colleagues on five continents, from New York to Shanghai and from Sao Paulo to Tokyo, to his doctoral students past and present, and to his eternal students, which many of us will remain forever.

Emmanuel Wallon
Professeur de sociologie politique
Université Paris Nanterre

UFR PHILLIA
Co-directeur du Département des arts du spectacle

emmanuel.wallon@parisnanterre.fr
www.u-paris10.fr

Chers membres et amis,

Nous avons l’immense tristesse d’annoncer le décès de Christian Biet, collègue et ami, survenu le dimanche 12 juillet en fin de journée. Sommité dans le monde du théâtre , ses recherches, ses publications, son enseignement n’ont cessé d’irriguer  le mileiu théätral. Christian Biet était aimé.

C’était un collègue généreux et combatif qui luttait contre toutes les discriminations et petitesses, qui s’impliquait férocement dans tout ce qu’il entreprenait: conférences, colloques, revues, livres, artitcles.  Il nous laisse dans le deuil  et orphelins d’une pensée qui n’a eu de cesse de traverser les siècles du XVIIème à aujourd’hui, faire dialoguer les textes, explorer les archives, ouvrir les nouvelles voies. Aujourd’hui le monde théâtral français est en deuil. Il a perdu un grand homme.

Vous trouverez ci-dessous le message de ses amis et collègues  de l’Université de Nanterre.

Bien cordialement,

Josette Féral,
EASTAP, Presidente

Voir le portrait de Christian Biet dans Le Monde

Chères et chers collègues et ami-e-s,

Certains mots s’enfuient quand on veut les coucher. La langue résiste à la tentative de dire ce que l’entendement refuse d’admettre.

Christian Biet est mort hier à l’hôpital de Poitiers. Dimanche soir l’état de mort cérébrale avait été constaté : formule la plus contraire à l’idée que nous gardons de lui.

En fin de journée vendredi, il circulait à vélo sur une route de campagne, sans casque, sans papiers, sans souci dans ce pays familier depuis son enfance. Un automobiliste à l’approche dit l’avoir vu vaciller, peut-être sous l’effet d’un malaise ou pour toute autre raison, on n’en sait rien, une enquête est en cours. Dans la chute, l’arrière de sa tête a violemment heurté le sol: perte de connaissance, traumatisme crânien. Le Service médical d’urgence l’a conduit à l’hôpital où il a été placé en réanimation, en coma artificiel, sans qu’il soit encore possible de l’identifier. Sophie Houdard, sa compagne, l’a longuement cherché avant de pouvoir se rendre auprès de lui. Suite à un accident cardiaque dont il s’était complètement remis il y a quelques années, Christian prenait un traitement anticoagulant. Il fallait attendre que ses effets diminuent avant de tenter une intervention pour stopper et résorber l’hémorragie. Dimanche, une sonde a tout de même été posée, révélant que l’hématome avait déjà produit des lésions graves et irréversibles. L’issue ne faisait plus de doute. Sophie était à ses côtés et les enfants de Christian, David et Flore, l’avaient rejointe.

Cette nouvelle nous trouve incrédules, abasourdis car Christian a toujours montré et généreusement dispensé force de vie et de pensée. Il s’apprêtait à prendre officiellement sa retraite dans quelques jours, après avoir tant donné à l’université, tant accompli pour les études théâtrales. Comme toujours sur la brèche, il fourmillait de projets de vacances et de travaux, de randonnées et de voyages, de livres et d’articles, de rencontres et de découvertes. L’ubiquiste curiosité qui lui faisait questionner la chorégraphe Bintou Dembélé sur son adaptation des Indes galantes de Rameau avec des danseurs hip-hop sur la scène de l’Opéra de Paris, en ouverture du numéro de Théâtre/Public paru au début de ce mois – une revue de référence dont il a permis la renaissance grâce au soutien de notre université – ce grand dix-septièmiste, spécialiste de Corneille (Moi, Pierre Corneille, Gallimard, 2005 ), n’avait pas fini de l’insuffler à de multiples aventures collectives, tel le programme international des Registres de la Comédie-Française qui n’aurait pas vu le jour sans son inlassable énergie.

Ce n’est ni le moment, ni le lieu pour le Département des arts du spectacle (qu’il a plusieurs fois dirigé), pour l’unité de recherche en « Histoire des arts et des représentations » (qu’il a codirigée avec Ségolène Le Men et dont il a animé l’équipe théâtre jusqu’au mois dernier), pour le comité consultatif de discipline de la 18e section du CNU qu’il a longtemps présidé, pour l’école doctorale Lettres, langues spectacles (au conseil de laquelle il a plusieurs fois siégé), et pour l’Université Paris Nanterre dans son ensemble (où sa contribution à la commission scientifique ne passait jamais inaperçue) de faire le compte de tout ce qu’il leur a apporté. Crise sanitaire ou pas, nous ferons en sorte à la rentrée de trouver un amphithéâtre assez spacieux, un théâtre assez ouvert pour accueillir celles et ceux qui voudront en témoigner et lui rendre hommage. Ça fera du monde.

Il est trop tôt aussi pour dresser l’inventaire de son œuvre, considérable: pas moins de 125 ressources sur data.bnf.fr. Parmi les ouvrages publiés sous son nom, dirigés ou codirigés, les dossiers de revue coordonnés, les conférences et cours à l’étranger – depuis longtemps il entamait l’automne par un séjour à New York University –, les recueils de textes commentés, les actes de colloque, l’interminable nomenclature des articles, la collection dirigée aux classiques Garnier, on s’arrêtera ici sur un seul titre. À la question faussement naïve Qu’est-ce que le théâtre ?, Christian Biet a répondu en compagnie de notre collègue Christophe Triau dans un volume de plus de mille pages (Folio Essais, 2006, traduit en japonais, en cours de traduction en portugais du Brésil), aussi dense en science et pétillant d’esprit qu’abordable par le style et par le prix, que les étudiants et les amoureux de la scène n’ont pas fini de consulter comme une bible profane.

Le fil conducteur de cet opus, le motif qui court dans tout son travail, qu’il s’agisse d’étudier les rapports du théâtre du grand siècle et des suivants à la loi, à la justice, à l’argent, à la guerre, de collecter les Tragédies et récits de martyre (France, fin XVIe-début XVIIe siècle avec Marie-Madeleine Fragonard, Classiques Garnier, 2009) ou bien de rassembler, faire traduire et présenter les écrits de Richard Schechner, praticien et théoricien de la performance (Performance, Expérimentation et théorie du théâtre aux USA, Théâtrales, 2008), c’est la conviction éprouvée par l’expérience et vérifiée par les archives que le théâtre ne se réduit jamais à un texte ni même aux formes d’une mise en scène, mais qu’il est d’abord l’événement de la représentation, de la séance comme il a pris habitude de le dire, dont chaque occurrence, appréhendée dans son époque, son contexte et son moment singulier, implique autant celles et ceux qui jouent ou performent – l’écriture inclusive n’était pas son truc, mais un anglicisme bien apprivoisé ne le rebutait pas -– que leurs spectateurs dans la salle (ou sur le champ de foire).

Cette année, la COVID-19, tôt contractée sous une forme atypique mais pas asymptomatique, l’avait éreinté, freiné certes, mais pas arrêté. Le séminaire expérimental en Humanités numériques qu’il animait pour le master de l’EUR ArTec a passionné les étudiants, aimantés par son aisance à traiter du passé au présent. Ses anciens doctorants (près d’une cinquantaine !), dont beaucoup font déjà de belles carrières et dont quelques uns sont encore en cours de recherche, ont fêté au soir du 4 juillet ce directeur qui leur a procuré autant de rigueur que de liberté et n’a cessé de prodiguer ses conseils pour valoriser leurs travaux, bien des années après la soutenance, parfois. Il siégea encore – fût-ce à distance – au jury de l’une d’entre elles ce 8 juillet. Le lendemain même, attentif au devenir d’une université dont il défendait les mérites avec ce mélange de fougue et de bonhommie qui n’appartient qu’à lui, il s’est réjoui de la validation longuement attendue et débattue des maquettes de nos formations. Il avait tenu à suivre pas à pas l’élaboration, tout en sachant qu’il reviendrait à d’autres de les mettre en œuvre à la prochaine rentrée.

Tout cela ne restitue pas le charme de l’ami, du camarade, sa chaleur et sa faconde. Les épithètes défileront: caractère entier, volonté tenace, tempérament batailleur, humour ravageur. D’aucuns murmureront qu’il pouvait avoir la dent dure dans la défense d’une cause à laquelle il tenait, d’une université qu’il aimait – le mot est de Sophie: il n’est pas trop fort – par delà ses défauts. Ainsi s’était-il résolument engagé dans les mouvements contre les lois Pécresse et Fioraso, et cette année contre la loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR), parce qu’il y décelait le vœu de mise sous tutelle de ces espaces de savoir et de critique auxquels tout l’attachait.

Mandarin ? Mais alors mandarin merveilleux. Béla Bartók ne sera pas de trop pour traduire notre émotion.

La cérémonie aura lieu à Paris une fois l’autorisation donnée. Nous vous en informerons.

À Sophie sa compagne, à sa fille Flore et son fils David, ainsi qu’à leur mère vont toutes nos pensées en ce temps de déchirement.

À ses amis de partout, à ses collègues des cinq continents, de New York à Shanghai et de Sao Paulo à Tokyo, à ses doctorants d’hier et d’aujourd’hui, à ses éternels étudiants que plusieurs d’entre nous resteront, affection et solidarité.

Pour les enseignant-e-s en Arts du spectacle,

Emmanuel Wallon
Professeur de sociologie politique
Université Paris Nanterre

UFR PHILLIA
Co-directeur du Département des arts du spectacle

emmanuel.wallon@parisnanterre.fr
www.u-paris10.fr

 

Comments Off on Christian Biet

Type on the field below and hit Enter/Return to search